Accueil > Articles conseils > Budget, Economies > Argent/Couple > La question d’argent dans les familles recomposées

La question d’argent dans les familles recomposées

mercredi 9 avril 2014 , dernière modification : jeudi 10 septembre 2015, par Easy Tribu

La gestion du budget des familles recomposées n’est pas simple. Qui prend en charge les frais de chaque enfant ? Comment gérer les pensions alimentaires perçues ou données ? Est-il facile de dépenser mon argent pour l’enfant de mon conjoint ? Puis-je avoir le sentiment de léser mon propre enfant ! Et oui, lorsque l’on décide de s’installer ensemble, ces questions peuvent nous faire peur au point de ne pas vouloir les aborder. Le risque de déplaire à son nouveau conjoint, de paraître égoïste, peuvent prendre le dessus.
Mais la question d’argent est primordiale pour les familles recomposées si vous voulez éviter les frustrations, tensions, conflits, qui pourraient même amener ce couple reformé à la rupture !

Vous n’êtes pas obligé de tout décider tout de suite, mais faire le point sur les questions essentielles est indispensable.

Mon rapport à l’argent : une question très personnelle

Je ne sais pas si l’on naît ou si l’on devient cigale ou fourmi, mais ce qui est certain c’est que nos comportements vis à vis de l’argent sont personnels.
Nous avons recensé les besoins différents qui nous guident dans nos dépenses et surtout nous amènent à "vivre" l’argent différemment :

  • la peur du manque peut développer un besoin d’épargner beaucoup pour être à l’abri. Un sentiment qui a pu se développer en voyant ses parents avoir du mal à boucler les fins de mois, par exemple,
  • le besoin d’appartenance amène une personne à acheter ce qui lui permet de s’identifier à une classe sociale,
  • la compensation affective, où l’achat peut devenir une consolation, un refuge,
  • se donner une stature, mettre en avant son ego, sa puissance font partie des motivations qui vont nous orienter dans notre relation à l’argent également,
  • enfin certains achètent parce-qu’ils ont pris plaisir à échanger avec un vendeur, parce-qu’ils ont aimé un magasin. C’est l’achat de situation.

A ces besoins, nous constatons des attitudes plus ou moins extrêmes.
Certains, peu importe la richesse qu’ils ont entre les mains, sont incapables de "gâcher" le moindre euro. Ils peuvent mettre un cadre très précis pour leurs dépenses : une enseigne bas prix, un seuil de prix psychologique pour chaque achat.
D’autres ont l’argent qui leur brûlent les mains et peu importe s’ils en ont beaucoup ou non, ils ont besoin de le dépenser. Parfois, ils sont même soulagés à l’idée de ne plus avoir à en dépenser.
D’autres encore sont incapables de gérer leur porte monnaie et ne s’aperçoivent même pas qu’ils achètent beaucoup trop. C’est l’appel du banquier qui les ramènera à leur réalité.

Lorsque l’on décide de vivre ensemble et de recomposer une famille, nous avons intérêt à avoir identifié la relation de chacun avec l’argent avant même de penser à établir des règles.

Le jugement n’est pas de mise, c’est la connaissance de l’autre qui importe.
Ne demandez pas à une fourmi de devenir cigale, et vice versa, trouvez une consensus qui pourra satisfaire la cigale et la fourmi si vous voulez que la question de l’argent ne trouble pas votre nouveau foyer recomposé.

Accepter les obligations financières de chacun relatives aux enfants et aux ex-conjoints

La deuxième question incontournable concerne ce qui a été décidé par le couple séparé ou divorcé en matière de finances.
C’est une sorte de bagage, de valise que l’on amène forcément avec soi lorsque l’on décide de former une famille recomposée.
On ne ressort jamais très riche d’un divorce, à moins d’avoir épousé un milliardaire ! Les frais d’avocats, le partage des biens, une prestation compensatoire, une pension, le changement de logement, font fondre le compte en banque rapidement.
Parfois il a fallu retrouver un travail pour boucler les fins de mois et subir quelques années de galère avant de retrouver une sérénité financière.
Le sentiment d’avoir "tout perdu", d’injustice face à un jugement de divorce, de frustration peuvent vous fragiliser.
Parfois, il faut savoir mettre de coté son amertume pour repartir de l’avant. Et si vous n’y arrivez pas, battez vous devant un juge pour obtenir ce qui semble être votre droit.

Il en est de même pour les obligations financières de votre conjoint, qui doivent être non seulement connues mais également acceptées par vous même.
Les choix financiers de votre nouveau conjoint sur sa propre séparation vous en dira beaucoup sur sa relation à l’argent.
Prenez acte de la situation et incluez là dans votre réflexion sur la gestion du budget de votre nouvelle famille recomposée.

La question du patrimoine de chacun et de la protection des enfants

Comme pour tous les couples, chacun arrive avec un patrimoine acquis. La complexité pour les familles recomposées réside dans sa gestion pour soi et pour les enfants.

Pensez à établir les conséquences de vos décisions sur l’évolution du patrimoine de chacun et surtout les différents scénarios en cas de séparation ou du décès de l’un des deux :

  • Comment sera réparti le patrimoine entre mon nouveau conjoint, mes enfants, ses enfants, notre enfant en commun en cas de pépin ?
  • Qui pourra gérer le patrimoine de mes enfants jusqu’à leur majorité si je ne suis plus là pour le faire ?

Prévoir c’est assurer de la sérénité pour tous.

Le rapport à l’argent de chacun, les obligations financières et la question du patrimoine posent les bases d’un réflexion quant à la gestion des finances pour le couple. Peu importe ce que vous décidez pour la gestion de votre budget, le plus important est de maîtriser les conséquences de vos choix.

Prenez le temps de la réflexion, prenez le temps de vous faire conseiller par un professionnel.
Nous vous donnons des idées pour établir la répartition des charges que vous pourrez adapter en fonction de vos besoins.

Répartir les charges de la famille recomposée : 3 méthodes

Il y a plusieurs méthodes pour définir la répartition des charges. Il n’y a pas de bonne solution mais uniquement la solution qui vous convient à tous les deux. Ce qui est important, c’est que le choix se fasse à deux.
Certains d’ailleurs ne voudront absolument pas s’impliquer dans ces questions et feront totalement confiance à leur conjoint. C’est aussi une manière de décider à deux !

Avant de choisir une méthode, n’oubliez pas d’inclure tous les changements financiers induits par votre nouvelle vie en famille recomposée tels que les allocations de la CAF.

1. Méthode "au prorata" du salaire et des enfants
Certainement la méthode la plus utilisée, est celle où toutes les dépenses sont comptabilisées dans un tableau et leur paiement clairement établi en fonction des revenus de chacun mais aussi du temps de présence des enfants de chacun.
Ces couples ont généralement trois comptes : un personnel et un pour la mise en commun du paiement des charges. C’est une méthode qui s’adapte aux variations de salaires, aux variations du coût des enfants.

Repartition des charges du couple

2. Méthode du "tout en commun"

Construire ensemble c’est aussi pour certains tout partager demain. Ce ne sont plus les enfants de chacun mais les enfants de la famille et les revenus et charges peuvent être totalement mis en commun.
Construire c’est aussi créer un nouveau patrimoine ensemble, celui de la famille.
Cette méthode implique le rapprochement de tous les revenus, et le paiement de toutes les charges avec une partie de cette somme. C’est une méthode généreuse, basée sur la confiance et la croyance en la solidité du couple. Les dépenses sont gérées en fonction des possibilités du couple mettant tous les enfants sur un même pied d’égalité.

La différence pour les enfants se fera finalement par l’implication financière de son autre parent dans sa vie.

Mais notre couple peut aussi décider de prendre en compte "l’autre parent" des enfants dans la répartition des dépenses, toujours dans le but de trouver de l’équité pour tous les enfants.
"Mon ex-mari a payé une école de commerce onéreuse à ma fille, cela m’a permis de contribuer à l’éducation de mon bel-enfant, qui a eu ainsi l’opportunité d’étudier à l’étranger", déclare Marie, heureuse mère d’une famille recomposée.

3. Méthode des comptes séparés

Certains couples seront plus à l’aise s’ils maîtrisent de A à Z leurs revenus et leurs dépenses, considérant parfois que leur passé est à leur unique charge. Ils préféreront garder deux comptes séparés et trouveront une répartition des charges communes adéquate.

Peu importe la méthode choisie, elle doit juste s’imposer naturellement pour un couple et évoluer avec ce dernier.

L’argent fait-il le bonheur d’une famille recomposée ?

En cette période de crise où le pouvoir d’achat est le nerf de la guerre, le manque d’argent peut devenir très vite insupportable à vivre.
La famille recomposée a un atout :la richesse qu’elle représente humainement.
Pour se construire, elle passe son temps à s’adapter à un ensemble impressionnant de contraintes, qui évoluent avec le temps, avec les enfants de chacun, avec les ex-conjoints, avec le couple recomposé.
Elle a aussi appris, dans son passé, que rien n’était jamais acquis, que les certitudes pouvaient s’envoler en un clin d’œil, et que l’on pouvait se remettre de tout, reconstruire après un échec.
L’avantage de cette famille, est de savoir que l’on trouve toujours des solutions. Cela lui apporte un certain recul sur les questions d’argent, qui apparaissent finalement comme secondaires quand elle n’a de cesse que la recherche du bien-être de tous les membres qui la compose.

Répondre à cet article

Qui êtes vous ?

Participez à la communauté

Partagez vos infos, vos idées, votre avis

Je veux contribuer !

Thèmes

Nous suivre sur