Accueil > Articles conseils > Budget, Economies > Impôts / CAF > Modulation des Allocations familiales : nouvelle attaque contre les (...)

Modulation des Allocations familiales : nouvelle attaque contre les familles recomposées

vendredi 31 octobre 2014 , dernière modification : jeudi 10 septembre 2015, par Easy Tribu

Nous pouvons penser qu’il est légitime de moduler les allocations familiales en fonction des revenus du foyer, en cette période de crise. Enlever 150€ pour une famille de 3 enfants à un couple qui gagne plus de 6000€ par mois peut paraître légitime si on ne regarde que cet impact.
Nous pourrions le penser si cette mesure ne cachait pas une réalité bien plus effrayante : celle de ne plus considérer la famille comme le poumon d’un pays mais plutôt comme une cible pour renflouer les finances de l’état.

La baisse du quotient familial en 2014, pour éviter de toucher aux allocations familiales, la modification congé parental, en 2014, la volonté de supprimer la prime à la naissance n’auront que pour seul effet, que détruire le pouvoir d’achat des familles.

Ces familles de tout genre, sont avant tout, celles qui disposent d’un revenu aisé paraît-il ! Retenons d’ores et déjà le montant de 6000 € de revenus mensuels par foyer.

Le présent article vise à faire comprendre que lorsque l’on touche à la famille, on touche encore plus à la famille recomposée, qui vous le savez a un pouvoir d’achat moins élevé que les familles traditionnelles, tout en étant déjà fragilisée par le vide juridique qui les entoure.

Les familles recomposées vont devenir de plus en plus modestes

Dans le cas de la famille recomposée, le nombre d’enfants, n’est pas un choix, il est intrinsèquement le fruit de la fusion de plusieurs foyers, impliquant la responsabilité pour ce nouveau ménage de subvenir aux besoins de chacun des enfants.

Les familles recomposées sont des familles déjà plus modestes que les familles traditionnelles. Le niveau d’étude des parents est moins élevé que dans les familles traditionnelles, les divorces ou séparation ont amputé leurs finances, les contraintes d’organisations liées aux enfants grèvent leur budget, et le nombre d’enfant plus élevé que dans les familles traditionnelles se révèle être une source de dépense substantielle.

Un couple, ayant un enfant, doit toucher 2.500 euros pour être à peu près à l’aise, explique Robert Rochefort, économiste, vice-président du Modem, ancien directeur du CREDOC.

  • "Le premier enfant va leur coûter entre 400 euros et 500 euros. Ce qui est cher.
  • Si le deuxième enfant arrive cela va leur coûter 200 euros à 300euros de plus. Beaucoup moins cher que le premier enfant parce qu’en général on met les enfants dans la même chambre et un certain nombre de choses est
    réutilisé.
  • Le troisième enfant coûte plus cher, entre 300 et 400 euros, parce que l’on sait bien qu’avec trois enfants on ne peut plus tenir dans un
    appartement avec une seule chambre pour les trois ."

Dans les familles recomposées, forcément le coût est plus important dans la mesure où la seule économie réalisée lorsque les enfants sont chez les autres parents concerne le budget de l’alimentation à la maison. Le logement doit pouvoir accueillir tous les enfants de la famille recomposée, ainsi que le véhicule, ce qui absorbe totalement l’économie faite par le temps de non-présence de l’enfant.
Puis viennent tous les coûts supplémentaires liés à l’organisation de la vie de famille recomposée : garde d’enfants, contraintes géographiques, ...

A cela s’ajoutel’abaissement de quotient familial de 2014, qui fragilisait déjà fortement les familles nombreuses, et donc les familles recomposées. Certes ce sont celles qui gagnent au moins 6000€ qui sont touchées, mais elle l’ont déjà été avec l’abaissement du quotient familial cette année ,dont les conséquences sont connues :
• Un couple avec deux enfants sera touché s’il gagne plus de 5.850 euros par mois : son impôt augmentera de 1.000 euros par an,
• Un couple avec trois enfants sera touché s’il gagne plus de 6.820 euros par mois : son impôt augmentera de 2.000 euros par an,
• Un couple avec quatre enfants sera touché s’il gagne plus de 7.780 euros par mois : son impôt augmentera de 3.000 euros par an

Cette mesure ne fait que traduire, une fois de plus, la rupture d’égalité entre famille traditionnelle et famille recomposée, et continue de nous faire penser que le gouvernement n’intègre jamais la famille recomposée dans ses réflexions.

Les familles recomposées consommeront moins et vivront dans la crainte du lendemain

Les familles recomposées vivent de plus en plus dans la crainte de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de leurs enfants. Le lendemain est effrayant, le coût d’un enfant augmente chaque année et les ressources pour les entretenir continuent de baisser sans cesse avec les mesures du gouvernement.

Les familles aisées vont commencer à épargner se sentant traquées par le gouvernement qui ne cesse de vouloir leur prendre leur argent. Elles vont moins consommer, et contribuer ainsi au ralentissement de la croissance.

Le choix de faire un enfant va se poser pour bon nombre de familles et notamment ces couples recomposés qui souhaitent reconstruire leur vie autour d’un enfant en commun. La situation économique des familles recomposées, n’est pas simple, et cette modulation des allocations privera souvent le nouveau couple d’avoir le bonheur d’avoir leur propre enfant, pour déjà commencer à subvenir aux besoins des premiers enfants de la tribu, nés de précédentes unions.

Cette mesure est d’autant plus scandaleuse que le gain est dérisoire à l’échelle d’un gouvernement qui devrait se préoccuper avant tout de ses propres incohérences extrêmement coûteuses pour le Pays.

La famille est devenue une cible pour remplir les caisses de l’Etat, ce n’est plus le sens d’un pays qui devrait avant tout la protéger.

Y-a-t-il une relation entre le seuil des 6000€ et les indemnités de nos députés ?

Cette réforme de modulation des allocations familiales est donc sur le point d’être votée, et à l’instar de toutes les lois, nous ne pourrons pas y faire grand chose, et faire semblant de la comprendre, pour nous l’approprier. Il paraît que la loi est l’expression de la voix du peuple.
Pour la comprendre, nous avons donc décidé de creuser un peu, et de nous demander pourquoi ce montant de 6000€/mois.
Pourquoi ce couperet de 6000€ ? Il est fort à penser que de nombreuses études réalisées avec l’argent public d’ailleurs, pourrait définir, que l’on est riche à partir de 6000 € de revenu.
Notre premier réflexe a été quand même d’aller vérifier le salaire de nos chers députés, qui avec 5177€ / mois d’indemnité ont convenu de s’exclure de cette réforme. Comme par hasard, par erreur (de communication), par ignorance de leur propre salaire, parce qu’il est vrai que la députation rapporte près de 120000 € par mois, mais que seuls 5 177€ ne sont déclarés en revenus.
En effet, avec les frais de représentation et de fonctionnement, équivalent au montant de leur salaire, ils disposeront de conjoint qui n’a pas besoin de travailler et qui pourra s’occuper des enfants, tout en continuant de percevoir les « Allocs ».

Cette mesure s’ajoute à toutes celles qui ne cherchent qu’à priver de libertés les couples qui ne cherchent qu’à refaire leur vie , sans changer le fond du problème : les pauvres resteront pauvres, les riches resteront riches, et les classes moyennes ou plutôt aisées verront leur pouvoir d’achat sacrifié.

L’avenir des Familles recomposées : Soyons vigilent !

Toute cette activité legislative, sous pretexte d’être sociale et protectrice de valeurs culturelles et traditionnelles risque au final d’être retrograde en reniant même le droit au divorce.

La loi Famille, la modulation des allocations familiales, sont les alerteurs qui doivent nous pousser à être vigilants, et surtout à nous battre pour la défense de nos droits.
Quand Easytribu a été crée, notre ambition, était de montrer que les Familles recomposées devaient s’adapter à des règles faites pour les familles traditionnelles, et que les actes de la vie de tous les jours n’en étaient pour elles, pas toujours simples.

ESAYTRIBU veut fédérer pour que notre pays cesse d’enfermer ces concitoyens, y compris dans leur propre liberté de refaire leur vie pour fuir un mari, violent, une déception amoureuse, …ou simplement parce qu’on a trouvé ( … un peu trop tard) l’amour de sa vie.

La France , « pays des droits de l’homme » serait-elle en train, et sans en prendre encore conscience, de chercher à limiter les séparations de couple, un peu comme elle avait commencé à le faire en instituant le mandat d’autorité parental, véritable déni du divorce.
Dans ces conditions à quand la renonciation du droit à l’avortement tant qu’on y est ???? A moins que cela ne soit vraiment contradictoire avec le principal effet de cette loi, qui sera d’empêcher certains nouveaux couples de faire leur enfant à eux et rien qu’à eux.

Répondre à cet article

Qui êtes vous ?

Participez à la communauté

Partagez vos infos, vos idées, votre avis

Je veux contribuer !