Accueil > Articles conseils > Juridique, Loi Famille > Spécial Loi Famille > Loi Famille APIE : A PAS PIRE ?

Loi Famille APIE : A PAS PIRE ?

lundi 16 juin 2014 , dernière modification : mercredi 9 septembre 2015, par Easy Tribu

Ce projet de loi, retiré puis remis aujourd’hui à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale, est un débat sociétal complètement ubuesque. Pouvons-nous penser que ce projet fait partie de la « boîte à outil » de notre président, dans un but de simplification de notre société.
Nous ne pensons que cela puisse avoir été souhaité par les plus hautes sphères de notre pays tellement les conséquences d’une telle législation pourraient être désastreuses pour plus d’un million de foyers français.

Souvenez-vous au départ, avec la fierté qui caractérise la gauche de toujours vouloir se lancer dans des combats périlleux, et de défendre le veuf et l’orphelin, tout à commencer avec cette loi du mariage pour tous, défendue notamment par Monsieur Erwann Binet.
Nous ne citerons ici, que son seul nom, en raison non seulement de l’actualité qui l’anime sur le sujet qui suit, mais surtout, parce que ce député semble, et cela sans que nous le connaissions, à tout le moins à l’écoute du peuple, puisque très représenté sur les réseaux sociaux.
Ce député socialiste, donc, présentait aujourd’hui, 16 juin, le projet de loi « APIE », nom de tweet !!!, afin de prendre en compte une autre minorité dans ce pays, mais qui sur un plan juridique, sur un plan de difficultés du quotidien, mériterait qu’on s’y intéresse si la gauche veut un jour garder un poids certain dans le paysage politique.
Fort de 720 000 de foyers, mais le chiffre est bien évidemment sous estimé, cette nouvelle cible pourrait représenter entre 1,8 et 4 Millions de voix.
Dès lors, on pouvait s’attendre à ce que le débat parlementaire libère les foules, et que les combats soient virulents à l’Assemblée, et, ou à tout le moins, que nos 577 députés, s’écharpent en live, qui pour, défendre ce salut électoral quasiment servi sur un plateau, auraient au moins pris la peine de lire le projet de 3 pages seulement !!!!!
Au lieu, de cela, seulement 27 députés étaient présents aujourd’hui pour discuter d’un projet qui allait bouleverser la vie de centaines de milliers d’enfants (Insee, 1 enfant sur 3 vit en famille monoparentale ou recomposée)
Ce qui devrait déchainer les foules consiste en un pauvre projet de loi complètement dénué d’intérêt, puisqu’on a complètement su s’en passer jusqu’à maintenant, mais qui si elle était votée, pourrait aller jusqu’à mettre en péril la vie de certaines de nos concitoyennes. (Opposition des associations de Femmes battues !).
Il y a pourtant si peu de temps, la loi sur le mariage pour tous, visait à permettre le droit à la différence, et à la défense de l’homosexualité, et notamment de leurs intérêts patrimoniaux.
Suite du mariage pour tous, les dispositions de PMA, et GPA, ont fait les choux gras des journalistes, et alerté l’opinion.

Aujourd’hui, ce projet de loi, ne contient plus ces dispositions, mais force est de constater que les élus de gauche voulaient prendre leur revanche en présentant au débat, un projet qui porterait le même nom, mais qui ne concernera plus seulement l’homoparentalité, pour ne plus avoir les opposants au mariage pour tous dans la rue, mais aussi et exclusivement les Familles RECOMPOSÉES.

Mais alors, que contient cette fichue loi « Famille » cuvée 2014, pour qu’il y ait malgré tout un tel clivage droite gauche sur un sujet, qui concernera peut-être un jour chacun d’entre nous.

Pour la gauche, c’est le moyen de comprendre que le modèle social de la famille a évolué, que désormais des millions de personnes en France sont concernées par les familles recomposées, ou tout au moins par le divorce. Ça peut arriver à tout le monde, sauf, peut-être à notre Président, lui, ne s’étant jamais marié.
Et pourtant la loi APIE, le concernera malgré tout si elle est votée. Quoi qu’avec Ségolène Royale, la « conjointitude » n’est jamais loin.

Hollande et Sego Mandat loi APIE

Pour la droite, ce projet de loi, vise au contraire à dénaturer, la famille traditionnelle, en accordant des droits à la parentalité à des tierces personnes.
« …Vous rendez-vous compte, confier à mon enfant, la garde de mes enfants !!!! » pourrait-on s’exclamer aujourd’hui, alors qu’il n’y pas si longtemps dans la « Haute Société », « c’était plutôt rare de se payer une gouvernante à domicile, n’est-ce pas ??? »
La délégation de l’éducation familiale était confiée à des gouvernants, des profs, à domicile, et on s’offusquerait de voir son enfant éduquer par un autre, sous prétexte d’honneur mal placé, pour ceux à qui il en reste, ou pour le plaisir d’emmerder son ex !, qui vous a taxé une grosse partie de votre pognon caché en Suisse.

Rassurez-vous nous ne prendrons pas parti pour l’un ou l’autre bord, cela n’est pas l’objet de notre article, et surtout nous en serions bien incapables, tellement nos chers élus, montrent non pas de la mauvaise foi partisane, mais simplement de la connerie humaine, pour ne pas se présenter à un vote d’une telle importance.
Les Socialistes ont bien laissé passer les classes moyennes, les détournant la plupart du temps vers l’abstention, ils ne sont plus désormais à si peu de voix près.

En effet, si les socialistes, ont réussi à franchir une étape en prenant conscience des problématiques rencontrées par les familles recomposées, il aurait sûrement mieux valu, qu’il continuent à nous ignorer, nous les Familles recomposées.
En prônant, un mandat d’autorité parentale, ils ne se sont pas rendu compte de l’absurdité de la situation en cas, d’absence d’un des géniteurs, d’abandon de famille, ou simplement d’un enfant qui ne veut plus de lien avec un père qui bat sa mère à chaque fois qu’elle le croise.
Du côté de la droite, sous couvert de protéger un droit de parenté, un lien biologique, celle-ci a du mal à reconnaître un statut du beau-parent. De quoi peuvent-ils bien avoir peur ? Le divorce étant déjà pour eux, un gros mot auquel ils attribuent un droit du sang plus fort que le droit du cœur.

L’avantage de pencher du côté des députés de la droite consiste dès lors à les utiliser contre ce projet de loi, même si les raisons sont fondamentalement opposées.
L’objectif, étant que cette loi, ne puisse instaurer les solutions qu’elle envisage, en rigidifiant un semblant de mandat d’autorité parentale, qui pourra être révoqué à chaque instant par l’un ou l’autre parent biologique.
Donc en conclusion droite-gauche : un partout.
La gauche en voulant tenter timidement de reconnaître un statut pour le tiers qui élève l’enfant d’un autre, et la droite en s’y opposant fermement en utilisant les vieux clichés conservateurs.

En conclusion, il est clair que certes, notre modèle familial, quel qu’il soit a du souci à se faire, mais ce n’est rien, comparé, au mal qui détruit notre démocratie, par une telle sottise humaine caractérisant tous les jours un peu, nos élus, ne brillant aujourd’hui que par leur absence.

Répondre à cet article

Qui êtes vous ?

Participez à la communauté

Partagez vos infos, vos idées, votre avis

Je veux contribuer !