Accueil > Articles conseils > Psychologie > Education > L’éducation des enfants de parents séparés, rôle des parents et du (...)

L’éducation des enfants de parents séparés, rôle des parents et du beau-parent

lundi 8 octobre 2012 , dernière modification : mercredi 9 septembre 2015, par Easy Tribu

Elever l’enfant de mon conjoint, éduquer mon enfant une semaine sur deux, le rôle d’un beau-parent dans l’éducation, sont des inquiétudes fréquentes lorsqu’on vit en famille recomposée.
Si l’éducation est une action qui paraît simple en théorie, de nombreux parents témoigneront aisément de la complexité de la pratique et de la possible déception du résultat. Valsant entre l’autorité, la complicité, la douceur, la négociation, la concession, nous avons tous essuyé des plâtres dans l’éducation de nos propres enfants. Et nous avons tous eu de sérieuses discussions, parfois des débats, autour de l’éducation avec l’autre parent dont nous partagions la vie.

Donc, si l’éducation, est une action relativement complexe à l’origine, elle peut devenir un véritable casse tête lorsque les familles se décomposent et se recomposent. Dans une famille recomposée, il va falloir flirter avec les parents, qui vivent désormais séparément et communiquent plus ou moins bien, les beaux-parents qui ont peur propres principes, les enfants des beaux-parents qui ont été habitués à une certaine éducation, sans parler des multiples grands parents.

Easy Tribu rappelle quelques règles qui permettront à la famille recomposée d’apporter une éducation adéquate aux enfants qu’elle a sous son toit.

L’éducation : parents et beaux-parents ont leur rôle à jouer

A partir du moment où l’enfant vit avec un adulte, de façon alternée ou non, il est important que ce dernier prenne conscience de la responsabilité qu’il a concernant l’éducation de l’enfant.

Ainsi, les parents séparés de l’enfant, continueront à éduquer leurs enfants, qu’ils s’entendent ou non, qu’ils communiquent ou non, leur rôle sera toujours majeur dans la construction de l’enfant

. Évidemment, plus le dialogue est présent entre les parents séparés, plus il est aisé pour l’enfant de s’y retrouver.

Que faire si les parents refusent toute communication ? Pas d’inquiétude, l’enfant saura rapidement faire la part des choses, il comprendra vite que les règles peuvent être différentes d’une maison à une autre et quelque part il en gardera une certaine richesse : celle d’une éducation provenant de différents horizons. Si les valeurs transmises ne sont pas identiques d’un parent à l’autre, l’enfant a de grandes ressources pour y trouver son propre équilibre et au fil du temps prendra certainement ce qu’il trouve de meilleur chez l’un ou chez l’autre.

C’est également dans cette logique que le beau-parent aura tout son rôle à jouer dans l’éducation des enfants de son conjoint.

A partir du moment où il passe du temps avec un enfant, il devient un exemple pour ce dernier, il véhicule une façon de vivre, de se comporter, de voir les choses. Il place également son niveau de tolérance.
Certains beaux-parents refusent de s’impliquer dans l’éducation des enfants de leur conjoint, pensant respecter ainsi ce qui a été construit au préalable ou ne souhaitant pas interférer dans quelque chose qui ne leur appartient pas.
Mais, en regardant de plus près, nous voyons bien qu’une partie de la vie de l’enfant leur appartient, alors autant en avoir conscience, l’accepter et en prendre toute la mesure.

Le dialogue, l’incontournable de l’éducation

Plus les intervenants sont multiples, plus le dialogue sera important dans la famille recomposée pour que l’éducation, de l’ensemble des enfants vivant sous le même toit, de la même fratrie ou non, prenne toute sa place.

Commençons par le dialogue entre les parents qui ont décidé d’unir leurs familles respectives. Il est indispensable d’exprimer les valeurs importantes que chacun souhaite transmettre dans l’éducation des enfants, et les règles de vie qui contribueront à leur expression. Cela permettra de mieux comprendre, d’une part les attitudes des enfants du conjoint, et d’autre part ce qu’il attend de son conjoint. Ce dialogue permettra également de trouver un mode de fonctionnement qui convienne à chacun.

Lorsque ce dialogue est établi, il est nécessaire d’en transmettre le contenu à l’ensemble des enfants de la famille recomposée, qui vont vivre sous le même toit. Un enfant pourra défier facilement l’autorité de son beau-parent, se réfugiant derrière le célèbre "tu n’es pas ma mère, mon père", s’il ne comprend pas l’origine d’un ordre auquel il n’était pas habitué. Ainsi, une bonne discussion réunissant l’ensemble des enfants, pendant laquelle chaque parent exprime ses volontés en matière d’éducation, est indispensable. Nous pouvons même aller jusqu’à la formaliser pour pouvoir la rappeler régulièrement.

Forcément 2 éducations différentes dans 2 foyers différents ?

L’éducation doit être elle unique ? A partir du moment où vous vous séparez, votre vie change, vos idées évoluent, le quotidien n’est plus et vos pratiques éducatives vont certainement évoluer elles aussi.

Ne croyez pas que votre enfant aura besoin de retrouver les mêmes principes d’éducation dans le foyer de la mère et du père désormais séparés. Bien au contraire, les évolutions sont naturelles, et chaque foyer devra avoir sa propre identité, avec sa nouvelle histoire à vivre.
Le plus perturbant pour un enfant est lorsque les limites ne sont pas bien fixées.

Il est inutile d’harmoniser les pratiques éducatives, les enfants sauront faire la part des choses et ce sera beaucoup plus facile pour que tous les membres de la famille recomposée puissent désormais trouver leur place. Prenez l’exemple d’un père qui décide d’accorder beaucoup de liberté à son fils, considérant qu’il va mieux apprendre en étant autonome et responsable. Quand cet enfant revient chez sa mère, il retrouve un cadre beaucoup plus rigoureux car cette dernière est loin de lui accorder toute sa confiance. Cet enfant aura ainsi eu la chance de pouvoir s’exprimer dans deux cadres éducatifs différents.

Ne condamnez pas les principes éducatifs de votre ex, préférez plutôt la compensation si vous pensez qu’il manque des valeurs importantes à vos yeux. Prenez par exemple la gestion des devoirs dans la famille recomposée qui illustre de manière factuelle ce qui vient d’être dit.

La redistribution des cartes suite à l’éclatement des familles nécessite de prendre conscience du rôle de chacun dans l’éducation des enfants. Pour étayer cet article, nous avons étudié les valeurs transmises par l’école et la société, qui sont censées compléter l’éducation de nos enfants : constat alarmant qui oblige de plus en plus la cellule familiale à jouer tout son rôle dans la transmission des valeurs ! Lire : Dans les décompositions-recompositions familiales, qui prend en charge les valeurs ?

Lire aussi :
Gérer un enfant difficile dans les familles recomposées

Répondre à cet article

Qui êtes vous ?

Participez à la communauté

Partagez vos infos, vos idées, votre avis

Je veux contribuer !

Thèmes

Nous suivre sur