Accueil > Articles conseils > Psychologie > Le couple > 10 conseils pour se reconstruire après une séparation : se remettre en couple (...)

10 conseils pour se reconstruire après une séparation : se remettre en couple et le faire durer !

mercredi 11 février 2015 , dernière modification : mercredi 9 septembre 2015, par Easy Tribu

La perte de confiance est un sentiment fréquent après une séparation. Combien d’hommes et de femmes ont dit "plus jamais", "je préfère rester seul(e)", "je ne supporterai plus personne", ou bien ’j’ai peur de me tromper"... La crainte de décevoir encore les enfants ou de les perturber est également présente, au point parfois de se résigner à vivre seul(e), le temps qu’ils se construisent.

Mais le rôle de la famille est d’apporter du soutien, de l’amour, de la protection, et si la séparation a ébranlé votre confiance en elle, il ne tient qu’à vous d’en construire une autre, à votre image.

Voici 10 conseils qui vous permettront de repartir sur de bonnes bases pour créer la famille de vos rêves.

1. Soyez vous !

Nous passons à coté de beaucoup de choses dans la vie parce que trop souvent nous n’osons pas être nous même. Nous cherchons tellement à être "beau" à travers les regards de la société, de nos amis, de notre famille, de notre entreprise, que nous nous perdons. Lorsqu’il y a un décalage entre ce que nous dicte notre cœur et ce que nous dicte notre raison, vous serez toujours entre deux eaux, à la recherche d’un idéal.
Être soi-même, c’est réagir avec ses tripes, c’est aligner notre raison à notre cœur, c’est vivre la vie que l’on souhaite.
La séparation permet parfois de se rendre compte que l’on s’était perdu(e), que l’on jouait un rôle, et qu’en étant à moitié nous-même il était finalement très compliqué de construire quelques chose de durable.

La 1ère opportunité de la séparation qu’elle soit choisie ou subie, est de se retrouver et d’assumer qui l’on est.

Et si vous avez ce sentiment de ne pas savoir qui vous êtes ou ce que vous voulez vraiment, il y a une méthode qui devrait vous aider : tester des expériences nouvelles, elle permettent de ne pas anticiper vos réactions et ainsi de vous découvrir : un voyage différent, une nouvelle activité, des nouveaux amis, ....

Ne pas être soi, c’est se mentir, mais c’est souvent mentir à son conjoint, et ça c’est un véritable risque.
Être soi, c’est rayonner, c’est se livrer tel qu’on est, et c’est attirer ceux qui nous cherchent.

2. Laissez le passé derrière vous

On ne peut pas avancer si l’on reste figé à son passé. Le passé a construit ce que vous êtes aujourd’hui, avec ses joies et ses peines. Nous pouvons en être fier, mais nous pouvons aussi penser qu’il a gâché notre vie. Dans tous les cas, vous ne pourrez pas le changer. Le passé n’a de sens que dans le passé, et s’il vient contrôler encore votre vie aujourd’hui, il vous empêchera d’avancer.

Comment s’en défaire :

  • Interdisez vous de parler au conditionnel "si j’avais .... " car si vous ne l’avez pas fait c’est qu’il y avait une raison, et puis si vous l’aviez fait, vous auriez aussi pu vous faire écraser le lendemain (et oui, ça aurait pu être pire ! )
  • "Ce qui ne détruit pas rend plus fort", vous avez certainement souffert et rempli des baignoires avec vos larmes, mais le passé doit être perçu comme un apprentissage qui vous donnera de nouvelle opportunités
  • Changez vos habitudes pour vous obliger à voir et à penser différemment
  • Empêchez le passé d’être trop intrusif dans votre quotidien. Lorsque l’on a des enfants, c’est trop souvent le bon prétexte pour garder un lien avec un ex. Mettre des limites à la fréquence des messages, trouver une organisation annuelle, imposer un seul moyen de communication comme les mails, sont des astuces qui permettent de garder de la distance.

3. Regardez l’avenir

Lorsque l’on se projette dans l’avenir, malgré les difficultés vécues, on met toutes les chances de son coté pour se reconstruire. C’est un peu comme "100% des gagnants ont tenté leur chance", le bonheur ne vous tombera dessus que si vous le tentez.
Tant que vous continuez à avancer en regardant derrière, vous risquez de vous prendre un poteau !
Le meilleur moyen d’évaluer si vous êtes dans cette posture est de compter le nombre de projets que vous avez, plus ils sont nombreux, plus vous en atteindrez.

4. Acceptez le passé de votre conjoint, mais gardez le à distance

Si votre passé est parfois votre pire ennemi, le passé de votre conjoint n’est pas forcément votre meilleur pote !
Rencontrer une personne qui n’arrive pas à faire son deuil de la séparation, supporter les ex-conjoints, idéaliser "sa" vie d’avant, rien de tel pour vous mettre la pression.

Il est inutile de vouloir tout savoir d’un passé qui de toute façon a conduit votre conjoint à être avec vous aujourd’hui, car l’important, c’est qu’il soit avec vous aujourd’hui !

En revanche, il peut être utile d’imposer vos limites si vous trouvez que le passé de votre conjoint est trop présent dans votre vie. Demandez à votre conjoint de réduire la fréquence de communication avec un ex, de mettre de coté des souvenirs qu’il a gardé, de briefer sa famille et ses amis afin qu’ils évitent d’en parler systématiquement, ...

5. Acceptez l’autre tel qu’il est

Pensez que l’on peut changer les personnes relève d’une grande utopie. On peut inculquer des valeurs à un enfant, lui donner des directions, mais nous savons qu’il a déjà sa personnalité.
Pour les adultes, c’est encore plus important et à attendre un changement de l’autre, vous risquez d’attendre toute votre vie et d’être déçu(e).
La jeunesse nous excuse nos illusions : parce que nous sommes jeunes, parce que nous n’avons pas encore connu le monde du travail et/ou la paternité/maternité, nous pouvons toujours attendre de l’autre un changement lorsqu’il sera face à ces nouvelles situations.
En revanche, lorsque l’on déjà construit une famille, ou que l’on avance en âge, il vaut mieux ne plus espérer.
Acceptez l’autre tel qu’il est, c’est accepter ses qualités et ses défauts, mais aussi ses enfants, c’est se dire que nous pourrons vivre avec sans attendre de changements.

6. Pensez à l’intérêt de vos enfants, de ses enfants, de votre couple

Vous vous souciez de vos propres enfants, vous avez envie de réussir votre couple et vous devrez intégrer le bien-être des enfants de votre conjoint. C’est sans doute la partie la plus difficile, car parfois, l’intérêt de l’un n’est pas dans l’intérêt de l’autre.

Vous allez être confronté à beaucoup de décisions qui auront un impact sur l’ensemble de la famille : l’orientation scolaire des enfants de chacun et son coût, l’organisation de la maison, les déménagements éventuels, les modes de garde des enfants, ....
Construire une nouvelle famille c’est avant tout considérer que le nouveau foyer est une famille et que tous ceux qui y sont présents, parfois à temps partiel, sont les membres de la famille.

Un famille recomposée, est une famille où l’on pense à la fois au collectif et à l’individu, peu importe son temps de présence dans le foyer.

7. Abordez les sujets "tabous"

Il est indispensable de parler d’argent, d’éducation, de succession, de patrimoine, des enfants, des ex-, de l’importance de votre travail, bref de tout ce qui fâche, car les sujets sont plutôt nombreux.

Il n’est pas toujours essentiel de se mettre d’accord mais il est fondamental d’exprimer son point de vue, pour éviter tout malentendu, ou pire l’effet "cocotte minute" qui nous fait exploser.

Un désaccord ne met pas en péril un couple, en revanche une frustration si.

8. Traitez les conflits, traquez les alertes

Il y a de nombreuses raisons d’entrer en conflit dans un couple et encore plus dans les familles recomposées : refus de l’autorité d’un beau-parent, refus des nouvelles règles, jalousie entre enfants, hyper-présence d’un ex-, perte des repères, ....et tant qu’ils ne sont pas traités, ils risquent de "pourrir" la vie de toute une famille. Un parent qui prendra la défense de son enfant, un beau-parent qui ne supportera plus la présence de l’enfant de son conjoint, ....
Et puis il y a les conflits qui sont en attente, ceux qui vont bientôt se déclencher et que l’on pourrait éviter avec un peu d’observation. Le "mal-être" d’un des membres de votre nouvelle famille est une alerte très importante. Un enfant qui devient insolent, qui se renferme, dont les résultats scolaires chutent, est un enfant qui essaye de s’exprimer.

Il ne faut pas hésiter à mettre les pieds dans le plat et à parler des sujets qui fâchent.
Des familles qui se recomposent sont des familles qui doivent cohabiter, et sans communication, c’est quasi impossible.

9. N’ayez pas peur de vous "planter" à nouveau

La peur de se tromper à nouveau annihile parfois toute volonté de reconstruire une nouvelle famille.
La mauvaise nouvelle c’est qu’il y a toujours le risque de se tromper et que les familles recomposées sont encore plus fragiles que les familles traditionnelles. Les difficultés qu’elles doivent affronter peuvent se révéler parfois insurmontables pour un couple.

La bonne nouvelle, c’est que vous risquez de découvrir enfin le bonheur ! Car se mettre à nouveau en couple, vivre l’expérience d’une famille recomposée est extrêmement riche, pour vous et pour vos enfants.

10. Suivez votre instinct

Le vie n’est pas une science exacte, le bonheur ne se trouve pas à chaque coin de rue, alors les méthodes pour se remettre en couple, construire une nouvelle famille après une séparation ne sont pas sans faille.
Votre instinct est votre meilleur allié car il vous dispense de regrets. Combien de fois avez vous pensé : "j’aurais dû suivre mon instinct" ?
Il n’est pas toujours facile de mettre des mots sur une situation, une émotion. Les voyants peuvent être au vert, et pourtant vous avez cette certitude que quelque chose ne fonctionne pas.
L’instinct protège, tel l’instinct de survie, alors suivez-le !

Se reconstruire après une séparation n’est pas toujours facile car il faut oser se lancer à nouveau dans une aventure qui a pu nous décevoir. Mais à se renfermer dans sa coquille, vous êtes sûr(e) de passer à coté de la vie, votre vie. Il n’y a pas de risque à se remettre en couple, il y a juste l’opportunité de construire la famille de vos rêves.

Vos commentaires

  • Le 15 mars 2016 à 11:15, par Easy Tribu En réponse à : 10 conseils pour se reconstruire après une séparation : se remettre en couple et le faire durer !

    Votre témoignage est très intéressant, car il décrit à quel point il peut-être difficile de maîtriser sa peur lorsqu’on essaye de reconstruire sa vie. Il y a deux approches de la gestion de la peur :

    • L’affronter, comme un arachnophobe que l’on enferme avec des araignées pour tenter de soigner sa phobie.
    • Rationaliser sa peur. Pour l’arachnophobe, c’est faire comprendre que les petites bêtes ne mangent pas les grosses, qu’en France, elles ne sont pas dangereuses, ...

    Vous affrontez votre peur chaque jour en ayant décidé de vivre à nouveau en couple (oubliez l’idée de fuite). Reste à rationaliser vos idées pour comprendre que la peur est inutile :

    • Vous avez réussi à reconstruire votre vie, alors, si elle s’écroule à nouveau, vous savez que vous pouvez remonter la pente.
    • Après les nuages, il y a toujours du soleil, après les mauvaises périodes, heureusement il y a les bonnes !
    • Il faut souvent passer par certaines étapes pour en vivre d’autres. Prendre les mauvaises, comme des opportunités.
    • Etre soi-même est le meilleur conseil que l’on peut donner à chacun pour vivre à deux (quand on joue un rôle, ça ne fonctionne pas)
    • Profiter du temps que la vie nous accorde en vivant au présent (et non au passé ou au futur). Car on ne pourra jamais tout maîtriser sur son futur.
    • Faites confiance à votre coeur, à vos tripes, ce sont les meilleurs guides dans la vie.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2016 à 09:45, par Hinata En réponse à : 10 conseils pour se reconstruire après une séparation : se remettre en couple et le faire durer !

    Pour ma part, j’ai refait ma vie voilà 18 mois, et ma vie d’aujourd’hui reflète mieux mes envies que celle d’avant.
    Cependant j’ai peur, peur de ne pas faire les bons choix, de me planter une fois de plus alors que j’aime la vie de famille que je vis à présent.
    Il y a bien des difficultés, des à côté moins agréables, comme quand mes enfants ne sont pas là et qu’ils me manquent, du coup je compense par des activités pour m’épanouir, mais je fais encore des crises d’angoisses, et ce essentiellement la nuit, après une dispute avec mon conjoint, ou après un comportement qui l’a agacé, ou qui m’a agacé.
    Pourtant nous avons des projets, même si tous ne pourront pas se réaliser tout de suite, nous voulons voyager, avoir nos propres enfants...
    Mais j’ai peur de me "casser la gueule" à nouveau du coup il m’arrive de paniquer et de tout remettre en cause de peur de souffrir à nouveau.
    Comme cette envie de fuir avant de trop s’attacher.
    Je n’ose pas en parler autour de moi, on me dit que je me plaint, mon conjoint connait mes peurs, car en fait le moindre truc nouveau le moindre changement me fait peur, comme il me dit en souriant qu’est ce qui ne te fait pas peur, ait confiance en toi.
    Mais pas facile, car du coup environ une fois par mois, je suis ailleurs pendant 3 à 5 jours et étant de nature nerveuse et parano, j’ai l’impression que tout le monde est énervé, que je fais les choses de travers à ce moment là....
    Je ne veux pas que mes peurs, et ma nature nerveuse guide ma vie car sous la peur et la nervosité je suis capable de dire et faire des choses que je regrette après.

    Désolé pour ce long poste, mais j’avais besoin d’en parler.
    j’espère l’avoir fait au bon endroit.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes vous ?

Participez à la communauté

Partagez vos infos, vos idées, votre avis

Je veux contribuer !