culpabilite de mon conjoint avec sa fille dans notre famille recomposée

bonjour, en couple depuis 3 ans, j'ai 2 enfants en garde alternée de 15 et 12 ans et mon conjoint une fille de 10 ans un week end sur 2.
Depuis que nous avons emménagé ensemble son comportement a totalement changé ayant peur de perdre sa fille et voyant bien plus mes enfants qu'elle. Le problème étant qu'il s'agit d'une petite fille qui a de gros soucis de comportements à l'école, rejetée de tous ses copains, trés mal élevée, effrontée, très sale, sans aucune éducation quoi !!!
Moi pourtant et voulant toujours essayer de bien faire, j'ai tout fait pour mettre en avant cet enfant, en la valorisant, lui proposant des activités, lui faisant plaisir, etc. Mais cela ne suffit jamais aux yeux de son papa qui me reproche sans cesse de ne pas etre suffisament caline avec elle, ne pas lui parler, et toute sorte de reproche. Moi je constate plutôt que c'est lui qui a un souci avec sa fille. Exemple : s'il sait que j'ai acheté une glace à mes enfants alors que lui et sa fille n'étaient pas là, il va devenir complétement fou pour trouver un marchand de glace et lui en acheter une coute que coute. Moi je vous avoue être complétement stupéfaite de cette réaction. Toujours peur qu'il y ait moins pour elle que pour les miens.
je suis très décue de tout ça et ne sais plus que faire fasse à un homme borné avec qui le dialogue est impossible et qui m'invente des paroles ou des actes. Stephanie

Réponses

  • 1 Répondre sorted by Votes Date Added
  • avril 2016 modifié Vote Up0Vote Down





    Bonjour Stephanie, 

    La meilleure façon d’apaiser les tensions est que tout soit clair pour tout le monde, et souvent, tout est confus parce-que les choses ne se disent pas. 

    Eviter les malentendus et trouver des compromis, voilà ce qu’il faut arriver à faire. 


    1. Eviter les malentendus / Rassurer


    Un enfant insupportable, qui n’écoute pas, est souvent un enfant en souffrance. Derrière l’attitude de la fille de votre conjoint, il faut arriver à comprendre ce qu’elle ressent. Est-elle jalouse de vous, de vos enfants, est-elle heureuse du rythme de garde, quel est son équilibre de vie ? Se sent-elle en sécurité dans son environnement suite à la séparation de ses parents ? Se sent-elle aimée par ses 2 parents ? A 10 ans, les enfants commencent à pouvoir s’exprimer, encore faut-il qu’ils aient envie de se confier. Le plus simple, est souvent de lui poser des questions, mais pour cela il faudra trouver le moment opportun de le faire (disponibilité, écoute et sérénité).


    Il est aussi important que la fille de votre conjoint connaisse vos intentions, vos sentiments, vos envies, vos frustrations. Vous pouvez parler de ce qui vous dérange, à condition de dire ce que vous aimez aussi, chez elle. Pour parler de ce qui vous dérange, attachez vous à ne pas émettre des jugements sur elle.  Parlez d’attitude concrète que vous n’acceptez pas (à la place de « je te trouve mal élevée, préférer « je n’accepte pas l’utilisation d’un vocabulaire déplacé à la maison, comme hier, quand tu as dit ceci …. »). Cela vous permet d’expliquer vos limites. 

    Et surtout, expliquez la place que vous souhaiteriez avoir vis à vis d’elle (ex : je ne veux pas remplacer ta mère, mais je veux te considérer comme ma propre fille …).

    Enfin, parlez de votre relation avec vos enfants et avec votre conjoint. En bref, donnez votre mode d’emploi, vos valeurs, vos limites, votre projet de vie en famille. 


    Une bonne discussion s’impose avec votre conjoint, qui a tout autant besoin d’être rassuré (« il est obnubilé par le fait que sa fille soit moins aimée et ait moins de choses que les miens »). Peut-être que vous pourriez commencer par parler de sa relation avec vos propres enfants. Et lui faire comprendre que la relation d’un parent avec son enfant est souvent tripale, alors que celle d’un beau-parent avec l’enfant de son conjoint doit se construire. Cela change tout. Expliquez ce que vous comprenez de sa fille, ce que vous aimez, ce que vous aimez moins, et quelle relation vous aimeriez avoir avec elle. 

    dites que vous avez conscience de la difficulté frustration engendrée par le fait de voir ses beaux-enfants davantage que sa propre fille.


    Le deuxième point à aborder est la place qu’il vous donne vis à vis de sa fille. Comment lui parle-t-il de vous ? Quel rôle vous donne-t-il ? Vous délègue-t-il une partie de son autorité ? Cette étape est très importante pour la construction entre vous et sa fille. 


    Mais quoiqu’il arrive, il faut arriver à parler, quitte à ne pas être d’accord, mais chacun doit pouvoir s’exprimer pour mieux se comprendre et pouvoir construire derrière. 


    2. Trouver des compromis / Poser ses limites


    Lorsque les choses sont posées, il est plus facile de trouver un mode de vie qui va convenir à tout le monde, et qui évoluera certainement dans le temps. 

    Pour cela il faut formaliser par exemple les volontés de chacun et les limites de chacun. Cela devient votre cadre, dans lequel vous devez prendre des décisions. 

    Si vous vous sentez mal chez vous, le temps de la présence de sa fille, il faut le dire , pour trouver ensuite des solutions (soit prendre de la distance, soit un changement d’attitude …) 


    Exemples : 

    • Votre limite : le respect  / Le besoin de votre conjoint : passer du temps avec sa fille ==> instaurer un demi-journée, tous les week end ou elle est présente,  où votre conjoint sera seul avec sa fille et en contre partie instaurer des règles d’éducation (rangement chambre, vocabulaire, ….) 
    • Le besoin de votre conjoint : l’équité entre vos enfants et sa fille ==> demander lui sous quelle forme cela doit se traduire (si j’achète une glace à mes enfants et que vous n’êtes pas là, on fait quoi ?) 



    Le fait de nous écrire aujourd’hui démontre votre volonté de faire évoluer cette situation. 



    Nous vous avons donné des pistes de réflexions avec notre propre regard. 


    N’hésitez pas à nous donner de vos nouvelles ou  nous poser d’autres questions. 


    bon courage à vous


    L’équipe Easytribu

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.